Histoire

 

HISTOIRE DU FIMS 
 
Le Festival international de musiques sacrées, Fribourg (FIMS) a été créé en 1986. Les éditions ont lieu tous les deux ans au début juillet. 
 
En 1978 (30ème anniversaire des Jeunesses Musicales de Suisse) et en 1982, Fribourg organisait deux festivals de musique classique sous le titre « Jeunesse & Musique ». Le premier faisait la part belle à la musique contemporaine, le second accordait une large place à la musique sacrée et vocale. Le comité d'organisation formé alors, fort du succès de ces deux premières manifestations et de l'encouragement de la Radio Suisse Romande Espace 2, a désiré poursuivre son travail. Il fut décidé alors de créer une manifestation bisannuelle. 
 
Pourquoi la musique sacrée ? 
 
Outre la prédilection des membres du comité pour ce répertoire, le choix de la musique sacrée se justifiait par l'existence à Fribourg d'une forte tradition de musique chorale. Un public local intéressé par une offre de ce type pouvait assurer ainsi à la manifestation un succès populaire. Un autre élément déterminant fut le répertoire de musique sacrée. 
 
Du chant grégorien à la musique contemporaine, avec une large place accordée à la création, grâce à de nombreuses commandes et à un concours de composition, le Festival propose une large palette et met en rapport les traditions les plus diverses. Ce thème a permis en outre une ouverture, réalisée dès 1998, aux cultures extra- européennes (Inde, Syrie, Kurdistan, Ouzbekistan, etc.). 
 
 
 

 

 

 
 
Vous avez dit musique sacrée ? 
 
Au Festival international de musiques sacrées de Fribourg (FIMS), la musique sacrée n'est pas entendue dans un sens étroit. Elle ne doit pas être confondue, mais sans l’exclure, avec la musique religieuse ou cultuelle. 
 
Les manifestations du sacré en musique sont en effet d'ordre très divers et ouvrent le plus vaste des espaces. Cette diversité et cette ouverture font l’image de marque du Festival international de musiques sacrées de Fribourg. Celui-ci se veut en effet en prise sur son temps et amoureux du passé. En outre, la musique sacrée permet d'explorer des oeuvres de toutes les époques et de ne pas se limiter, comme de nombreux festivals de musique ancienne, à quelques siècles seulement. 
 
Musiques sacrées au pluriel : le public apprécie aussi l'ouverture du programme du FIMS à des traditions sacrées extra-européennes, comme l’hindouïsme (kathakali, Inde), le soufisme (musiciens et derviches de Syrie), ou le judaïsme (klezmer).